Facebook Twitter Flickr RSS

Communiqué de presse du 3 juillet 2017

logo92

Rythmes scolaires dans les écoles des Hauts-de-Seine

Ne pas se précipiter et prendre le temps d’une vraie réflexion !

La FCPE 92 dénonce les pressions qui s’exercent depuis plusieurs semaines sur la communauté éducative autour du projet de retour à la semaine de quatre jours pour les élèves des écoles primaires.
Un avis défavorable du Conseil supérieur de l’éducation, un rapport défavorable du Sénat et de l’académie de médecine, l’avis unanime des spécialistes, le manque de temps évident pour construire de véritable politique éducative. Peu importe, certains décideurs publics semblent préférer les seuls arguments financiers ou électoralistes aux ambitions éducatives et à l’intérêt supérieur des enfants.
Depuis la parution le 27 juin dernier d’un décret donnant la liberté aux communes de revenir à la semaine de quatre jours, deux villes des Hauts-de-Seine (Puteaux et Colombes) souhaitent s’en emparer et changer dans la précipitation, dès septembre 2017, l’organisation du temps scolaire sans tenir compte des impacts que cela aurait pour des milliers d’enfants et leurs familles.
Alors qu’à l’international, l’ensemble des pays développés s’accorde sur l’intérêt du nombre de jours d’école (185 jours en moyenne sur l’ensemble de l’année scolaire dans l’OCDE), quelle serait l’utilité pour les élèves des Hauts-de-Seine de battre le record du minimum de jours d’école (141) sur l’ensemble de l’année scolaire ?
Cerise sur le gâteau, l’organisation tardive de conseils d’école extraordinaires convoqués dans la précipitation, sans concertation suffisante et sans respecter les huit jours minimum de délai stipulés dans l’article D411-1 du code de l’éducation.
La FCPE 92 dénonce ce projet mené dans la précipitation. Cela ne prend certainement pas en compte l’intérêt supérieur des enfants.
Pour la FCPE 92, l’efficacité des politiques éducatives, se construit dans le respect du dialogue, et du bon fonctionnement des instances.
La FCPE 92 demande aux responsables des politiques éducatives du département de prendre le temps d’une vraie réflexion et d’une concertation éclairée avec l’ensemble de la communauté éducative : parents, enseignants, éducateurs, personnels, partenaires et élus des communes.
Sans oublier les élèves.

 

Contact presse : 06 52 70 95 42