Facebook Twitter Flickr RSS

Lettre d’information mars 2018 - Journée des présidents du samedi 20 janvier 2018

Lettre d’information mars 2018 - Journée des présidents du samedi 20 janvier 2018

Compte rendu de la rencontre départementale des conseils locaux des Hauts-de-Seine, organisée le samedi 20 janvier 2018 à Boulogne Billancourt.

Au sommaire de cette lettre d’information :

3 chapitres (cliquez sur les liens ci-dessous pour passer d’un chapitre à l’autre)

 

Le mot d’introduction du président de la FCPE 92

Temps d’échange avec les représentants des conseils locaux : bilan de la rentrée, points d’actualité, situation dans le département

Temps d’échange avec la Présidente de la FCPE nationale : la politique éducative et les orientations gouvernementales : quel positionnement de la FCPE ?

 

Le mot d’introduction du président de la FCPE 92

Le président présente les vœux des administrateurs de la FCPE 92 pour l'année 2018 et remercie les adhérents de Boulogne-Billancourt de l'organisation de la rencontre.

Il salue la présence de Liliana MOYANO et de Hervé-Jean LE NIGER, respectivement Présidente et Vice-Président de la FCPE nationale.

Les sujets ne manquent pas depuis la rentrée scolaire : disparition des emplois aidés, dispositif « devoirs faits », Parcoursup, jeunes isolés étrangers, rythmes scolaires ; autant de sujets sur lesquels la Directrice académique des services de l’Éducation nationale (Dasen) a été interpellée par la FCPE 92. Ces interpellations ont fait l’objet d’une première « lettre d'information de janvier 2018 de la FCPE 92 » envoyée aux adhérents et disponible lors de l’assemblée.

 

Les adhérents et les administrateurs sont également remerciés pour leur mobilisation au quotidien depuis la rentrée, lors d'initiatives locales :

  • la caravane Fcpe de la rentrée : cette année, des haltes ont eu lieu à Antony, Boulogne-Billancourt, Villeneuve-La-Garenne, Colombes, Gennevilliers ; un élargissement à d'autres villes est envisagé lors de la prochaine édition.
  • les soutiens aux initiatives locales : au collège Paul Eluard à Nanterre (classes chargées en Réseau d’Éducation Prioritaire – Rep) ; au Lycée professionnel Léonard de Vinci à Bagneux.
  • les importantes mobilisations des parents autour des Rythmes scolaires : dans les conseils d'école, lors des réunions concernant les Programmes Éducatifs de Territoire (PEDT), dans les débats des conseils locaux ; et trop souvent face à l’hostilité de certains partenaires.

Le choix de la ville de Malakoff de rester à 4,5 jours est salué. Les équipes d’Issy-Les-Moulineaux qui ont œuvré grandement pour le maintien des 4,5 jours sont remerciés.

 

Les élections des représentants des parents d'élèves

26 000 voix pour la FCPE, 51 % dans le 2nd degré et 36 % dans le 1er degré.

Les associations locales non affiliées et listes de parents non constitués en association gagnent du terrain. La FCPE doit poursuivre sa mobilisation auprès des parents d'élèves.

 

Temps d’échange avec les représentants des conseils locaux :

bilan de la rentrée, points d’actualité, situation dans le département

 

Le harcèlement, la stigmatisation, la marginalisation des élèves, l’école inclusive

 

Description : FB_IMG_1516473747699La stigmatisation de certains élèves

Dans les Sections d'Enseignement Général et Professionnel Adapté (Segpa), des élèves souffrent de marginalisation, de mépris, jusqu’au harcèlement et aux phobies scolaires. C’est aussi le cas des filières STMG dans les lycées généraux et technologiques. Pour surmonter la ségrégation entre Segpa et collège, souvent avec des périmètres séparés, certaines villes proposent des projets transversaux.

Trop de filières, d'options, qui très tôt sélectionnent, des adhérents rêvent d'un baccalauréat unique pour tous les élèves, tronc commun des connaissances.

Le harcèlement (sous toutes ses formes)

Des moyens existent pour diffuser des informations et sensibiliser les parents : des conférences, des rencontres, des cafés des parents organisés par des acteurs la communauté éducative. Le rôle des parents d’élèves est aussi de contribuer à une prise de conscience de leurs pairs et des acteurs éducatifs. Des mesures éducatives peuvent être mises en œuvre pour les responsables des faits de harcèlement et pour sensibiliser les enfants témoins.

Quelques partages d'expériences entre des adhérents concernant l'école inclusive et le harcèlement

Favoriser une solidarité entre les parents et les enfants.

Des ressources : le site internet Canopée propose de nombreux tutoriels mis à disposition des enseignants dont peuvent se saisir les parents (Exemple de la classe de sport et du voyage scolaire transversaux).

Aborder ce point délicat avec les professeurs principaux, voire lors des Conseils d'école et de classes.

 

Proposition du bureau FCPE 92 : mettre en place un Groupe de Travail Segpa

De moins en moins de classes de Segpa dans les Hauts-de-Seine, l’Éducation nationale indique que les parents ne veulent plus que leurs enfants soient stigmatisés. Une vigilance particulière est à porter de la part des responsables des Conseils Locaux dans les collèges, notamment au moment de la commission concernant la Dotation horaire globale (DHG) quant aux heures affectées aux Segpa.

 

Depuis des années, la FCPE milite pour qu'il y ait plus d'adultes dans les établissements

De nombreux conseils locaux le déplorent.

Et la fin des contrats aidés aggrave cette défaillance.

La FCPE 92 participe au Comité Départemental d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté (CEESC[1]) et veille à la mise en œuvre du « Plan de Prévention et lutte contre le harcèlement entre pairs en milieu scolaire Stratégie départementale 2017-2020 pour le Département des Hauts-de-Seine ».

 

Le décret rythmes scolaires à géométrie variable : plus d’inégalité et d’injustice

Lors du Groupe de travail sur les rythmes scolaires, l'agressivité d’enseignants, voire d'inspecteurs de l’Éducation nationale (IEN), a été évoquée. Comment réagir face à cela ?

Les parents d’élèves se demandent si les rythmes vont être évalués, et, si oui, comment et avec quels indicateurs. Les conseils locaux ont interpellé par courrier les IEN, Dasen et Recteur. Comment le ministère appréhende les débats locaux autour des rythmes ? Quel va être le combat suivant, après le retour à la semaine de 4 jours dans de très nombreuses villes ?

La réforme des rythmes de 2013 aboutissait à des inégalités dans différents quartiers d'une même ville et entre villes quant à la qualité et l'accès aux Temps d'activité périscolaires : en raison de tarifs prohibitifs pour les familles modestes, l’union locale de Colombes a saisi le Tribunal Administratif (TA). Le retour aux 4 jours dès cette année a été perçu parfois comme un soulagement vu la mise en œuvre catastrophique des 4,5 jours notamment à Colombes.

Déception du choix de retour aux 4 jours dans certaines villes comme Gennevilliers où la municipalité consacrait un gros budget supplémentaire pour des Tap non payants. A l'avenir, le temps péri-éducatif notamment dans les centres de loisirs sera payant pour les parents.

La FCPE 92 non conviée au Groupe d'Appui Départemental rythmes scolaires de décembre dernier, officiellement pour une banale erreur d'adresse mail, a demandé l’envoi du compte-rendu de cette dernière réunion à la DASEN. 

 

Défendre les lycées professionnels

La valorisation des filières professionnelles contribue aux motivations des élèves pour intégrer un cursus professionnel dès la fin de troisième, notamment les élèves de Segpa et de 3e PrépaPro. Des perspectives s'offrent à ces élèves du CAP en cursus scolaire initial à la formation professionnelle de jeunes et d’adultes, de plus maintes possibilités d'évoluer et de changer de filière et de profession existent. La FCPE ne peut que regretter le dénigrement des filières professionnelles et du CAP qui en est le premier diplôme.


Description : DSC_0568Le Groupe de travail sur les lycées professionnels prépare des actions pour inciter les parents à s'inscrire dans les conseils administration des lycées professionnels et à agir pour valoriser la filière professionnelle qui est choisie par des élèves et leurs familles. A cela s’ajoute maintenant la sauvegarde de la voie professionnelle dans le cursus scolaire qui pourrait être remise en cause

 

Pour agir plus vite et plus fort : plateforme de mutualisation et de partage d’outils

Les conseils locaux auraient besoin d’outils pour améliorer leur efficacité et agir plus fort. Par exemple, en cas d’absences non remplacées, pourraient être fournis des modèles de lettre à l'IEN, à la Dasen, au ministère, au député de la circonscription, de demande de rendez-vous, …

Ces outils pourraient aussi permettre un travail plus fécond à une plus grande variété de parents au sein de l’union locale : les sujets sont souvent communs sur plusieurs écoles, ce qui crée du lien et de l’entraide entre les parents.

Le président de la FCPE 92 indique qu'une des priorités est la mise à disposition des conseils locaux d’outils de partage et de mutualisation. La FCPE 92 est toujours disponible pour accompagner les conseils locaux.

Description : FB_IMG_1516465339998Non renouvellement des professionnels en contrat aidé

Les écoles et établissements ayant perdu leurs emplois aidés sont mis en grande difficulté. Par exemple, plus d'ouverture de portes aux parents qui viennent chercher des enfants bénéficiant d'un accompagnement médical et paramédical. Il est proposé de demander aux AVS (auxiliaires de vie scolaire) présents de prendre en charge un enfant supplémentaire ; ou encore la mairie renvoie les parents vers le Préfet, qui répond qu'il regardera les situations au cas par cas. Ailleurs, les commissions éducatives et conseils de disciplines augmentent : est-ce une des conséquences de moins d'adultes dans les établissements ? Des villes comme Gennevilliers vont faire en sorte de maintenir tous les contrats aidés dans les écoles. Quelle ficelle tirée pour sauver les emplois aidés ?

Les AVS sont très précaires et s'organisent en ce moment pour se mobiliser. La Fcpe pourrait les rencontrer et mutualiser les actions.

 

Coût de l’adhésion pour les familles

Même si le conseil local FCPE peut prendre en charge pour partie ou totalement les adhésions le prix affiché reste de 21€ alors que des associations locales proposent des adhésions entre 5 et 10€. On cite ce conseiller municipal qui a impulsé la création d'une association « locale » avec une adhésion à 5€. Les 3 autres associations existantes l'ont très mal pris et le risque existe qu’elle remporte les élections des parents d'élèves à venir.

Alors que les associations locales sont rarement présentes, les adhérents de la FCPE participent assidûment au travail avec les instances locales, départementales, régionales et nationales (PEDT, rythmes, sectorisation, …).

L’adhésion en ligne proposée par la FCPE nationale n'est pas assez souple pour que chaque CDPE (Conseil Départemental de Parents d’Élèves) puisse décliner les modalités d'adhésion de son choix. L'outil doit s'adapter aux besoins des adhérents et ne pas imposer des contraintes.

Une réelle réflexion est nécessaire autour de l'adhésion, de son coût et de ses modalités.

 

Sectorisation

La sectorisation des collèges est une question récurrente depuis des années à Boulogne-Billancourt. Il y a eu une concertation avec l'ensemble des parents, 3 réunions pour travailler sur 8 propositions de sectorisation, et unanimité entre l’Éducation Nationale et les parents d'élèves. Mais la concertation laisse à désirer avec le Conseil départemental qui ne fournit pas d'information en amont pour travailler. A plusieurs reprises, le CDPE a interpellé le département à l’appui de la demande de la ville de Boulogne-Billancourt.

Il est difficile pour tous de rencontrer les interlocuteurs du département. L'étape d'après serait d'y aller en nombre !

Réseau d’éducation prioritaire

Convention Académique de Priorité Éducative (CAPE) : créé il y a 3 ans pour 3 ans, ce fonds concerne les établissements sortant de REP, en fonction de leurs besoins. L’État prolonge ce fonds d'un an. Une révision à l'échelle nationale est à l'étude et il est essentiel que l'ensemble des lycées sortis des REP il y a 3 ans y soit de nouveau inclus. Les établissements doivent se saisir du sujet.

Selon une étude, le coût de la scolarité d'un enfant en Rep est moindre qu'un enfant hors Rep. Le conseil local d'Antony travaille actuellement à assurer l'égalité et l’équité.

Rejoindre les groupes de travail existants

Groupe de Travail sur la Santé et le Climat Scolaire, une réponse au harcèlement et  pour favoriser l'école inclusive.

Groupe de Travail Lycée professionnel, pour traduire notre volonté de valoriser la filière professionnelle, de lutter contre le démantèlement progressif des lycées professionnels. A Montrouge par exemple, les enseignants s’opposent à la fermeture de la section menuiserie. Une manifestation est prévue mardi 23 janvier pour soutenir les professionnels du lycée professionnel.

 

Temps d’échange avec la Présidente de la FCPE nationale :

la politique éducative et les orientations gouvernementales :

quel positionnement de la FCPE ?

Intervention de la présidente de la FCPE nationale


Description : FB_IMG_1516455681996Liliana Moyano souligne le plaisir de ces moments de rencontres et de dialogue avec les adhérents. Il est important de partager cette énergie positive face à des combats durs et une politique peu favorable au bien-être des enfants. La présidente de la FCPE présente ses vœux de bonne année : de l'humilité et de l'obstination. La mission d’éducation est à construire constamment.

La présidente de la FCPE nationale énumère les dossiers portés par la FCPE, les quelques avancées obtenues et les points sur lesquels il sera nécessaire d’être vigilants et/ou de se mobiliser.

Le statut de parent délégué

Une lutte menée depuis la création de la FCPE, soit, 70 ans. Cette reconnaissance ouvre droit à une indemnité pour les représentants de parents d’élèves participants aux commissions départementales, régionales ou nationales.

Accès de tous à la restauration scolaire

L’accès à la restauration scolaire est garanti à chaque élève quel que soit le statut professionnel des parents, là où le service de restauration existe. Une victoire vers l'égalité, la justice et la citoyenneté. Nous le devons au procès gagné au TA de Besançon par cette mère courageuse, soutenue par la FCPE. Son combat parle de sa condition de mère seule, travaillant, qui voit refuser l'accès à la cantine pour son enfant. La ville fait appel de la décision du TA.

Lors du congrès de l’Association des maires de France, la présidente a affirmé qu'il est anormal que les intérêts des adultes se fassent au détriment de ceux des enfants.

 

La réforme des rythmes scolaires

La réforme des rythmes scolaires du gouvernant précédent n'était pas parfaite, certes, mais l’esprit de la réforme concernait la globalité des temps éducatifs. On a dit que la réforme a amplifié les inégalités territoriales. Elle a plutôt mis en lumière les villes où il n'y avait pas de PEDT. Il y a aussi des activités péri-éducatives de qualité, non payantes (et pas gratuites, car ce sont nos impôts). Mais il n'y a pas eu suffisamment de moyens au moment où il y a eu une baisse importante des dotations aux villes. Puis le décret Hamon est paru et il a affaibli l'esprit de la loi. La Fcpe a bataillé pour que les fonds d'amorçage soient pérennisés. Des collectivités se sont emparées de la loi, d’autres comme Marseille et Lyon avaient une volonté politique de ne pas appliquer la loi. Cette réforme fut aussi chahutée par les enseignants. Il va falloir redoubler notre mobilisation sur la question des rythmes.

 

Le calendrier scolaire

Au Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE), la FCPE pose le débat du calendrier scolaire, de l'année scolaire et de la qualité de la journée d'école. Beau sujet derrière lequel il y a des intérêts divergents : ceux des professionnels du tourisme, des enseignants, ... Le calendrier actuel ne correspond plus à la vie d'aujourd'hui. On entend parler de portables, de devoirs faits, du redoublement etc. et aujourd'hui plus rien au sujet du calendrier annuel. La FCPE a mis les choses sur la table. La réponse du gouvernement : le temps, l'espace et l’architecture des établissements relève de la liberté des villes ; c’est aux territoires de s'y investir. Cynisme du gouvernement. Posture très idéologique.

On a tellement seriné, influencé sur le chacun pour soi. Nous parlons du commun, de l’intérêt général et nous devons nous regrouper. On travaille ensemble pour nos enfants et pour l'intérêt commun.

 

Plan étudiant ParcourSup

A qui la responsabilité du choix de l’orientation d’un jeune et de la possibilité de poursuivre en supérieur ? Qui est responsable du manque de places dans les universités ? Y a-t-il une volonté politique ? La FCPE a voté contre le Plan Etudiant au CSE car ce plan n’est pas à la hauteur des enjeux du pays : le nombre de jeunes augmente, les qualifications sont importantes, et au vu des besoins et du budget, il n'était pas possible de voter pour.

Comment porter le fait que nous ne sommes pas pour le statu quo, pour le tirage au sort. Nous sommes pour une réforme de fond. Sortir de l'analyse binaire : pour ou contre. Il n’y a pas de moyens budgétaires pour la question de l'orientation. Nous devons créer un véritable environnement autour de l'élève qui lui permettre de construire un projet de vie. Ce n’est pas réalisable en « 2 semaines d'orientation », avec 2 professeurs principaux.  De qui se moque-t-on ? Nous avons toujours plaidé pour un service public de qualité, pour sortir des représentations sur les filières. Éducation, concertation et recherche à grande échelle. Les sociétés qui ont fait des concertations et ont mobilisé la société autour d'un pacte pour une éducation de qualité sont sorties de cette tentation binaire. Il y va de la justice éducative pour les élèves.

Les enseignants sont les premiers prescripteurs. Il est nécessaire qu'ils se forment. Sortons des logiques de coupure entre primaire et collège, entre collège et lycée, puis entre lycée et supérieur. Actuellement les équipes éducatives semblent ne pas se parler, conserver des logiques de clans.

Il y a des mobilisations qui s'activent. Nous entrons dans le dur. Les enseignants du supérieur se rendent compte du manque de moyens. Le prérequis c'est le bac, pas ces attendus à géométrie variable. La vision de la jeunesse est figée : tu n'es pas bon là ; tu ne peux pas aller là ; etc. Nous allons vers des filières sélectives de plus en plus nombreuses. S'organise une inégalité territoriale. Indignité et manque de vision politique sur l'éducation, notamment dans le supérieur, depuis plus de 30 ans. Pas d'anticipation. La FCPE est plus exigeante, nous avons un projet éducatif.

Les contrats aidés

C'est le plus grand plan de licenciement jamais connu. La FCPE a aussitôt interpellé haut et fort les services de l'Education nationale qui nous ont renvoyés sur le ministère du budget et il y eu une préservation autour des enfants en situations de handicap mais pas au-delà. Nous en mesurons les impacts auprès des établissements scolaires et aussi des CDPE qui avaient des salariés sous ce statut. Des CDPE et Conseils locaux ont travaillé avec leur département et quelques emplois aidés ont été sauvegardés.

 

La FCPE travaille au niveau de sa structuration économique et solidaire

Nous devons préserver notre autonomie comme liberté, pour mieux accompagner les militants, les adhérents et les CDPE, avec un modèle d'école de qualité, du point de vue de l’économie solidaire. Le Conseil Scientifique de la FCPE travaille à une plateforme de formation pour intégrer toutes les manières de faire, être en capacité de dialoguer pour les parents sans se déplacer, sans mettre à mal les rencontres comme la nôtre ici-même.

 

Des assises de la maternelles en mars 2018


Description : DSC_0557Jean-Marie Blanquer donne mission au psychiatre Boris Cyrulnik pour organiser des Assises de la maternelle en mars 2018. Un groupe de travail au niveau de la FCPE Nationale se met en place. Des journées thématiques seront organisées : temps de réflexions, d'échanges et de productions. Donner de la matière en collant au réel, prendre la main et imposer notre vision de l'école.

Le projet d’établissement dans chaque école

Le projet d'établissement dans chaque école : c'est là qu'il est nécessaire de poser notre projet éducatif ; de travailler et entrer par la porte du projet d'établissement. Les espaces parents sont aussi un outil pour y contribuer.

Echanges avec la salle

Les espaces parents


Description : FB_IMG_1516455677689Les espaces parents permettent de proposer une aide aux parents ayant des difficultés, que ce soit au niveau administratif comme des aides sociales, aussi pour faire mieux connaître le Code de l’Éducation et le faire respecter. Exemple d’une situation d'hospitalisation d'urgence d'un enfant : la loi indique qu'à partir de l'école primaire, il n'est plus obligatoire pour les établissements d'accompagner un enfant mineur jusqu'aux services de soins. Appel à s'organiser autour de cela. Mettre en place des relais avec l'espace parents. Il y a de moins en moins d'adultes présents dans les écoles malheureusement.

Hervé-Jean Le Niger, vice-président de la FCPE nationale : L'espace parents est un enjeu pour rapprocher les parents éloignés de l'école. Parents peu présents dans lycée pro, pas du tout en Segpa et en chute dans le primaire. Cet espace peut aussi être hors école : centre d'actions sociales, centre d'animation, CAF, au pied des immeubles.

Réaction de la salle : à l'école d'abord !

Organiser une manifestation nationale des parents d’élèves

Approbation des participants à l'idée proposée par une adhérente d'organiser une manifestation nationale des parents d'élèves pour dire que tout est fait de manière inquiétante et rapide ; mobiliser tous les parents, un samedi après-midi, au printemps, avec les enfants.

HJ Le Niger : La société est quelque peu anesthésiée par les décrets, les assises, les divers conseils scientifiques successifs. Nous sommes « le nez dans le guidon ». Le ministre est un véritable bulldozer. Les évolutions sont toujours annoncées quelques jours avant, guère plus. Peu de marge de manœuvre pour préparer une réaction immédiate. JM Blanquer est très populaire. La FCPE porte une vision modulaire de l'enseignement. Le CSE est une instance consultative. Nous restons mobilisés, notamment le 1er février grande mobilisation contre ParcourSup. La FCPE est d'accord avec 90 % du texte, mais en désaccord concernant les 10 % consacrés aux lycées.

Le coût de l’adhésion

Le coût de l'adhésion est aussi celui des compétences d'une fédération. Il existe les cotisations solidarité pour atténuer le coût pour certaines familles.

 

Description : DSC_0574(1)L’orientation vers les filières professionnelles

Un adhérent pense que le système de l'école est resté archaïque alors que nous connaîtrons 3 à 4 professions différentes. Partage de témoignages d'adultes qui se sont « plantés » en allant dans le général. Et qui trouvent tardivement leur voie dans la filière professionnelle, avec un sentiment de perte de temps. Invitation de l'adhérent à visiter le Centre de formation par l'apprentissage de Villepinte en cuisine où il est formateur.

Le calendrier annuel et l’évolution de l'environnement climatique

Il y a des problèmes de bâti lors de forte chaleur. Au mois de mai dernier, l'Education nationale n'a pas été prompte à faire face aux vagues de chaleur importante soudaines pour les élèves comme pour les professionnels. Au congrès de Biarritz, le ministre s'est engagé à revenir sur le calendrier annuel. Nous sommes à 140 jours d'école en France alors que c’est 180 jours en moyenne pour les pays de l'OCDE.

Intérêt du ministre pour les neurosciences. Attention : ne pas oublier les sciences de l’éducation.

Même Stanislas Dehaene, président du nouveau Conseil scientifique de l'éducation nationale, a contré le ministre par rapport au retour aux 4 jours hebdomadaires.

Diminution des dotations aux collectivités, disparition des contrats aidés, amalgame entre le temps scolaire et les activités périscolaires.

Pour le Ministre de l'EN, peu importe le temps de l'enfant au 21e siècle où l'école idéale a un bâti mobile, où l'on ôte ses chaussures...

Notre force de parents fédérés est de poser les questions fondamentales.

Des adhérents soulignent que nous sommes effectivement une force mais les mairies ne nous écoutent pas, nous devons nous battre tout le temps, notamment pour une prise en compte de nos points de vue.

Les parents éloignés de l'école

Témoignage sur les Conseils de discipline, auxquels les parents ne sont pas convoqués parfois : une adhérente FCPE et d'ATD Quart Monde s'est faite humiliée ; elle demande que nous soyons attentifs à l'accès de tous les parents et à leur présence dans les conseils de discipline. Il y a un manque de respect de la parole dite à ces parents : exemple d'une proposition d'aide pour trouver un stage qui n'a jamais été faite à un élève.

Description : DSC_0571
Description : DSC_0560 RESF (Réseau d’Éducation Sans Frontière)

Une adhérente et membre active de RESF insiste sur le travail de vigilance et la détermination de faire valoir les droits de familles et jeunes isolés étrangers auprès des services des collectivités territoriales (mairie, département, état). Ne pas hésiter à demander le soutien de la FCPE et de ses adhérents pour les situations de mineurs isolés ou de familles dont l'accès à l'école est empêché.

Mineurs non accompagnés (MNA, ex-Mineur Isolé Étrangers) : réflexion à porter aux niveaux local et national. Le Défenseur des droits est interpellé par la FCPE. Il y a des années que des mineurs scolarisés dorment dehors, sous les métros. La Circulaire Collomb « aller dans les centres d'hébergement pour aller chercher les mineurs » est vivement critiquée.

Le bien-être à l’école

Selon les présidents FCPE, le bien-être à l'école demande aussi des moyens, or, il y a une diminution des moyens par les pouvoirs publics. Nous ne parvenons pas à agir à ce niveau-là. Les revendications de la FCPE sont accueillies avec des réponses positives mais ne sont que peu traduites par les gouvernements. Rappelons-nous que JM Blanquer est l'artisan de la suppression des 60 000 postes d'enseignants sous la mandature de Nicolas Sarkozy.

Bientôt le débat autour de la Procréation Médicalement Assistée va être un sujet clivant dans les écoles. Outiller les adhérents pour se défendre et ne pas stigmatiser ces familles et leurs enfants à l'école.

 

S’appuyer sur nos forces que sont les adhérents, proches, les Conseils locaux, le CDPE et la Fédération nationale. Nous travaillons pied-à-pied. C'est notre force de se regrouper aussi avec d'autres associations.



[1]             Il s'inscrit dans le pilotage de chaque établissement scolaire du second degré. Instance de réflexion, d'observation et de proposition concevant, mettant en œuvre et évaluant un projet éducatif en matière d'éducation à la citoyenneté et à la santé et de prévention de la violence, intégré au projet d'établissement. Le CESC organise également des partenariats en fonction des problématiques éducatives à traiter.