Facebook Twitter Flickr RSS

Intervention de la FCPE Ile-de-France au Conseil Inter-Académique de l'Education Nationale Ile-de-France du 20 juin 2017

LOGOCRIDFDepVert

Intervention de la FCPE Ile-de-France au Conseil Inter-Académique de l'Education Nationale d'Ile-de-France le 20 juin 2017

 

Madame la Vice-Présidente en charge de l’Education et de la Culture, madame et messieurs les Rectrice et Recteurs d’Académie.

La FCPE Ile-de-France déplore de ne pas trouver, dans la liste des opérations de construction et d’extension des établissements publics d’enseignement pour l’année 2017, les premiers engagements de construction ou d’extension de lycées tels que décrits dans le Programme Prévisionnel d’Investissement des lycées d’Ile-de-France.

En effet, la FCPE rappelle la nécessité d’anticiper au maximum les besoins au vu des délais actuels de livraison des extensions et des nouveaux lycées.

Le document «Structure pédagogique générale des lycées et attribution des moyens en emplois aux établissements d’enseignement secondaire» rappelle les besoins prévisionnels en nombre d’élèves :

· Académie de Créteil : 7 212 élèves supplémentaires dans le 2nd degré à la rentrée 2017,

· Académie de Versailles : 6 331 élèves de plus dans le 2nd degré à la rentrée 2017.

· Académie de Paris : + 317 élèves dans le 2nd cycle, + 143 élèves dans l’enseignement professionnel.

Il est fait aussi mention de 12 500 élèves supplémentaires en lycée d’ici 2024 sur la seule Académie de Versailles.

Si l’objectif est bien de créer 20 800 nouvelles places en lycée, en construisant 12 nouveaux lycées et en réalisant 23 extensions d’établissements existants, il est urgent de lancer les premiers investissements au vu des délais actuels de livraison des extensions et des nouveaux lycées.

La FCPE Ile-de-France demande à ce qu’un calendrier d’exécution des investissements fonciers du Programme Prévisionnel d’Investissement des lycées d’Ile-de-France soit présenté en CIEN.

De même, la FCPE Ile-de-France demande qu’un point d’étape sur la généralisation de la restauration approvisionnée en circuits courts par des produits locaux et bios à la suite de l’expérimentation en Seine-et-Marne puisse être présenté lors d’un prochain CIEN.

Finalement, la FCPE Ile-de-France vous avait déjà alerté lors du CIEN du 27 septembre 2017 sur la dégradation des conditions de transport des élèves en situation de handicap dans les Etablissements Régionaux d'Enseignement Adapté (EREA), le STIF sous-traitant ces transports à des compagnies mal équipées et dont le personnel est mal formé, pouvant conduire à l’accident.

Les parents d’élèves et la FCPE sont inquiets de la mise en place à la rentrée 2017 du nouveau marché du transport de ces élèves en situation de handicap. En effet, il semble que les aspects économiques et les aspects de diminution du nombre d’interlocuteurs aient été privilégiés dans l’appel d’offre par rapport aux aspects qualitatifs.

Faire des économies est une action tout à fait louable mais dans les faits et donc dans la réalité du quotidien de nos enfants, cela se traduit par des choix de transporteurs dont l’intérêt premier n’est ni la sécurité, ni la sérénité de nos enfants !

Les parents d’élèves et la FCPE sont soucieux de la qualité de cette prise en charge et de l’humanité que requiert ce type de transport.

Plus généralement, que l'on réside en milieu rural ou en milieu urbain, le coût du transport des élèves laissé à la charge des parents est une entorse à l'impératif de gratuité scolaire. Pour permettre l'égalité de mobilité pour tous les élèves – une nécessité démocratique et un gage supplémentaire de réussite éducative et d'ouverture sur le monde – la FCPE demande la gratuité des frais de transport pour tous les élèves sur la totalité de l’année scolaire.

Merci de votre attention.